Voyage dans le temps : l’expatriation au début du XXè siècle

L'expatriation, c'était mieux avant?

C’était comment l’expatriation avant ? Je veux dire au début du XXè siècle, quand les « expatriés » ne portaient pas encore ce nom, quand la plupart de ceux qui étaient nommés dans un autre pays étaient des diplomates, des attachés militaires ? Une odeur de gingembre d’Oswald Wynd en donne une assez bonne idée. Pour cet été, nous vous proposons un voyage dans le temps et l’espace grâce à la littérature : autant dire d’emblée que l’expatriation n’est pas toujours simple aujourd’hui, mais qu’elle donne le frisson lorsque l’on voit les risques de maladie, notamment infantiles, les délais des courriers (on peut rester des mois sans recevoir de nouvelles de ses proches), l’absence d’informations (les journaux arrivent… parfois), les difficultés linguistiques, culturelles et de communication, l’exotisme de la nourriture enfin. Une lecture pour l’été, qui permet de comprendre les enjeux, mais rassure : ce n’était vraiment pas mieux avant !

Une Ecossaise à Pékin et Tokyo au début du XXè siècle


En 1903, Mary quitte l’Ecosse et sa mère très religieuse pour épouser Richard, l’attaché militaire britannique auquel elle est fiancée. Elle embarque pour la Chine, ignorante des coutumes de l’Empire du Milieu, dirigé par la terrifiante impératrice Cixi –qui la recevra en audience-, tout comme elle est ignorante des choses du mariage, des règles de sociabilité de la communauté des étrangers… Et connaissant à peine son mari. Elle est fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers et affiche une curiosité d’esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Elle cherche à communiquer, dans sa solitude, avec son intendant chinois, et devient l’amie de Marie, aristocrate française mariée à un haut diplomate de l’ambassade de France, aussi brillante et à l’aise dans son rôle que Mary se sent malhabile. Et pourtant, elle devra parler à Cixi ! Négligée par un mari froid et distant, elle a une liaison avec un officier japonais, héros de la guerre russo-japonaise en 1905, et issu d’une très grande famille. Elle sera définitivement mise au ban de la société lorsqu’elle annonce à Richard sa grossesse illégitime. Rejetée par son mari, elle quitte Pékin pour le Japon grâce à l’intervention du père de son enfant. La suite de l’intrigue, vous pourrez la découvrir en lisant le roman. Mary append le japonais, trouve du travail, ne rentrera jamais en Ecosse. Elle s’est progressivement éloignée de son pays et de sa culture d’origine. Elle a cherché à comprendre la Chine, et encore plus le Japon où elle réussit à s’intégrer grâce à son courage et à son intelligence. Une autre époque, des mœurs différentes, un roman inspiré de la biographie de l’auteur qui peut en apprendre autant, en matière interculturelle, qu’un manuel contemporain !

En anglais, une mini-série

Plus d’information sur ce roman 

Retour