Expatriation : comment favoriser l’intégration professionnelle du conjoint ?

Si l’expatriation fait souvent rêver et s’avère être une belle opportunité de développement, il n’est pas rare que celle-ci soulève des difficultés pour le conjoint confronté à l’incertitude sur son devenir professionnel et à son changement de statut. En effet, dans un contexte courant où les deux conjoints travaillent, celui des deux qui renonce à son poste pour suivre l’autre se confronte à des questions sur ses opportunités de repositionnement, sur son employabilité ou encore sur son identité professionnelle.

Un facteur majeur de succès de l’expatriation réside dans la bonne intégration du conjoint dans son nouveau contexte. Par quel moyen l’aider à vivre cette transition, ce nouveau départ professionnel ?

Dans le contexte qui précède le départ ou le retour d’expatriation, le bilan professionnel s’avère être pertinent pour aider le conjoint à réussir sa transition.

A quoi sert le bilan professionnel ?

Le bilan professionnel sert précisément à construire un projet professionnel et à définir un plan d’actions pour le mettre en œuvre. Pour le conjoint de l’expatrié, cette prestation peut l’aider à :

  • Faire de ce changement une opportunité d’évolution de sa vie professionnelle,
  • Se projeter dans des activités locales qui concourent au développement de son employabilité,
  • Donner un sens et une cohérence globale à son parcours.

Les 3 dispositions qui favorisent la bonne intégration professionnelle locale du conjoint de l’expatrié :

« Oser faire confiance à ses propres ailes ».

Comme le dit si bien le proverbe : « Un oiseau assis sur un arbre n'a jamais peur que la branche casse, parce-que sa confiance n'est pas dans la branche, mais dans ses propres ailes ». Les décalages culturels, linguistiques ou les restrictions locales peuvent susciter des appréhensions allant même jusqu’au renoncement à se projeter dans une activité professionnelle sur place. Il est donc important d’avoir conscience de ses talents et de son potentiel et de se connecter à ses aspirations profondes comme le permet une démarche de bilan professionnel.

« Savoir ce que l’on veut ».

En effet, « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va ». Avoir défini un projet permet de rester acteur de son parcours et de faire face avec plus d’assiduité aux aléas. Le bilan professionnel permet de bâtir un projet à la fois réaliste et en phase avec les aspirations de la personne. Si le contexte ne permet pas au conjoint de travailler localement, cette prestation permet d’explorer les leviers d’employabilité au service d’un projet à plus long terme.

« Composer avec l’incertitude ».

La part d’incertitude d’un projet professionnel est d’autant plus importante que le marché ciblé est éloigné de ses repères habituels. A travers le bilan professionnel, l’intéressé s’inscrit dans une démarche accompagnée de recueil d’information et d’enquête qui l’aide à réduire cette part d’incertitude. Par ce biais, il s’approprie aussi les clés d’une exploration qui lui sera précieuse pour mettre en œuvre son projet localement.


Cécile Armand Banvillet Coach et consultante partenaire d'Alceis.

Diplômée DU Executive Coaching (UCP), DESS RH (Paris X), HEC. De double culture française et brésilienne, elle accompagne depuis plus de 8 ans les personnes dans leur développement professionnel. Avoir conscience de ses talents est, pour elle, une clé de réussite de sa transition professionnelle.

Retour